Eurovision : et un camouflet de plus pour Vladimir !

« Pronostiquée par les bookmakers au vu du contexte politique, la victoire de la formation ukrainienne KALUSH Orchestra est tout sauf une surprise pour les spécialistes. Kiev a déjà annoncé la tenue de l’édition 2023 dans son pays. Au grand dam de l’envahisseur russe ! » « Pronostiquée par les bookmakers au vu du contexte politique, la victoire de la formation ukrainienne KALUSH Orchestra est tout sauf une surprise pour les spécialistes. Kiev a déjà annoncé la tenue de l’édition 2023 dans son pays. Au grand dam de l’envahisseur russe ! » Crédit Photos : D.R.

Il a la gueule de bois, en ce dimanche matin, le président de la Fédération de la Russie. Obligé de veiller tard dans la nuit pour attendre les résultats de ce « décadent » concours de la chanson (le look extraverti des concurrents de Norvège !) et se prendre un nouveau revers dans la face, aussi cuisant que la reculade de son armée dans le nord-est de l’Ukraine !

Cette Europe de la culture qu’il rejette et qu’il méprise de toutes ses pores, et dont il a exclu son pays pour longtemps sans doute de toute représentativité – alors que la Russie a tout à fait sa place dans le concert des nations au vu de son histoire et de son riche patrimoine -, vient de lui adresser un singulier mais retentissant bras d’honneur auquel, là-aussi, il ne s’attendait pas.

Un geste clair et sans ambages, politique à souhait, qui a été transmis par voie cathodique par plus de deux cent millions de téléspectateurs, représentant quarante pays et pas que ceux de l’OTAN ayant jeté leur dévolu sur l’expression artistique ukrainienne.

 

 

Kiev annonce déjà la tenue du concours en Ukraine en 2023…

 

Plus qu’un symbole, c’est une victoire pour la liberté et la démocratie, une ode à la libre pensée et à la reconnaissance d’un peuple et à sa culture. Aujourd’hui, malmenés par une invasion barbare qui risque de durer dans le temps.

Même plusieurs rasades de vodka à boire cul sec ne suffiront pas à ôter le mal de crâne intense que le maître tyrannique du Kremlin doit avoir en cette journée dominicale. Noire, on s’en doute après une nuit blanche. Pas content, Vladimir ! Et pour cause.

A peine connus les résultats définitifs que Kiev a déjà annoncé par la voix de son charismatique chef de l’Etat – un « saltimbanque nazi, homosexuel et drogué » selon les sources sûres de Moscou ! – que le pays, vainqueur de la compétition, accueillerait comme le veut la coutume en 2023 la 67ème édition de cet Eurovision, aux résultats beaucoup plus politiques qu’artistiques.

 

 

Un look incroyable mais des artistes non dénués de talents…

 

Si l’ensemble des jurys, composés d’artistes, de responsables de sociétés de production, de médias, devait placer largement en tête le candidat de sa Très Gracieuse Majesté, le chevelu Britannique Sam RYDER, et son agréable morceau « Space Man », écrit dans la plus pure tradition des mélodies harmonieuses de la « Brit Pop » au terme du premier tour ; c’est in fine les suffrages des auditeurs (la voix du peuple chère à Jean-Luc MELENCHON !) qui renversera la tendance. Non pas à la surprise générale. Car, bien de bookmakers avaient largement misé sur le succès de ce groupe venu d’Ukraine.

Soit un obscur combo, qui est baptisé « KALUSH Orchestra » avec des looks incroyables – l’un des chanteurs arborant un curieux bob rose enfoncé sur la tête ! - mais non dénués de talents, pour les Occidentaux même les plus aguerris aux choses musicales.

 

 

Le choix du vainqueur : à 100 % politique !

 

Non seulement, les téléspectateurs ont voté à la gloire musicale de la cause ukrainienne. Mais, ils l’ont fait en masse. Jamais, un vainqueur de ce parfois très désuet concours de l’Eurovision n’avait atteint un tel score et obtenu une aussi nette différence envers ses poursuivants.

A l’analyse des avis et notes émis par les capitales européennes qui devaient se succéder au fil de cette très longue soirée au suspense prévisible, on comprend mieux le sens profond de ce choix à 100 % politique.

Les fameux douze points, devant être attribués à tour de rôle à la meilleure prestation scénique d’un artiste, se sont additionnés et concentrés aux pays les plus proches de l’Ukraine.

Les états Baltes n’ont ainsi pas dérogé à la règle de ce soutien massif et inconditionnel au groupe ukrainien. Même son de cloche en provenance de la Moldavie ou de la Roumanie, états limitrophes au pays agressé.

 

 

 

Eurovision et demande d’adhésion de la Finlande à l’OTAN : journée noire à Moscou…

 

Les Scandinaves y ont été de bon cœur, eux-aussi. Et notamment la Finlande qui a l’heure où se rédigent ces lignes, vient de demander officiellement son adhésion à l’OTAN !

Tout ce que ne voulait pas Vladimir POUTINE se réalise : il a de quoi avaler de l’aspirine, voire la boîte dans son intégralité ou noyer son chagrin ! La Suède, autre candidat potentiel à l’adhésion à la force Nord-Atlantique, en aura fait de même…

Esthète dans l’approche et l’art de la communication, Volodymir ZELENSKY a déjà récupéré à bon compte cette victoire, qualifiée d’historique par ses soins, même si l’Ukraine a déjà remporté par le passé le trophée, donnant ainsi rendez-vous aux artistes européens au printemps prochain.

Bref, l’Ukraine vient incontestablement de remporter sa première victoire en chantant, avec la bénédiction urbi et orbi de la communauté européenne, voire même d’un peu plus. Démontrant ainsi que son existence et sa légitimité internationale ne sont pas vaines. Une victoire qui en augure d’autres ?

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil