Belarus, Syrie : la démocratie n’est plus que mascarade…

« De nombreuses associations de ressortissants syriens ont manifesté cette semaine contre la réélection sans surprise de leur actuel président. Ce dernier a obtenu un véritable plébiscite populaire de 95,1 % damant ainsi le pion à une opposition inexistante. Avec l’acte de piraterie orchestrée par le Belarus en détournant un avion de ligne, c’est la démocratie qu’on piétine sans ménagement… ». « De nombreuses associations de ressortissants syriens ont manifesté cette semaine contre la réélection sans surprise de leur actuel président. Ce dernier a obtenu un véritable plébiscite populaire de 95,1 % damant ainsi le pion à une opposition inexistante. Avec l’acte de piraterie orchestrée par le Belarus en détournant un avion de ligne, c’est la démocratie qu’on piétine sans ménagement… ». Crédits Photos : D.R.

Il y a certaines semaines, d’un point de vue international, où il vaudrait mieux s’inscrire sur liste d’attente pour se préparer à monter à bord de la future navette spatiale qui emportera l’humain loin vers la planète Mars. Surtout quand l’actualité qui nous est dépeinte nous renvoie à l’un des prismes qui caractérise l’humanité dans toute sa splendeur depuis la nuit des temps : l’hypocrisie !   

Deux exemples flagrants sont venus corroborer ces dires et tout le bien que l’on peut avoir de celles et ceux qui osent prétendre nous gouverner, au nom de la liberté, de la transparence, de la morale et de la démocratie.

Focus donc, via les lignes de cet éditorial, sur deux chefs d’états et deux pays où il fait bon vivre, comme chacun le sait au fil des informations qui en proviennent, dans un esprit tranquille où règnent les droits de l’homme et la libre expression. Je veux parler naturellement de la Biélorussie (le Belarus plus exactement au plan de la sémantique) et de la Syrie.

Deux états où rayonnent comme dans le jardin d’Eden la paix à tous les étages, la joie de vivre absolue, la liberté de pensée, bref, le parfait d’exemple de ce que doit être une démocratie paradisiaque moderne se projetant dans le monde de demain, celui de ce vingt-et-unième siècle flamboyant, digne de celui des « Lumières » au plan de l’intellect !

 

Une prise d’otages grandeur nature au nez et à la barbe de tous…

 

Prenons, cette nation qui partage ses frontières avec la Russie et les pays Baltes, la Biélorussie. A sa tête, un homme au pouvoir dictatorial qui dispense ses ordres sans état d’âme, Alexandre LOUKACHENKO. Une main de fer dans un gant de velours, pourriez-vous suggérer ? Nullement, c’est bien une main de fer dans un gant de plomb et celui-ci s’assène régulièrement sur les populations en fonction de ses caprices et de ses envies, voire de sa brutalité sans ménagement, depuis que ce dernier a pris le pouvoir en 1994.

Ce pur produit de l’ancienne Union Soviétique et de son « bienveillant » Parti communiste a entamé en 2020 ce qui représente déjà son cinquième mandat présidentiel. Cet agriculteur de formation n’a pas le charisme sympathique d’un éleveur de bétail croisé dans les allées du Salon de l’agriculture parisien qui parlerait volontiers de son cheptel et de son terroir en tâtant la croupe de sa vache préférée !

Non, le chef de cet état qui vient de se mettre à dos la plupart des pays dits « civilisés » (mais qu’est-ce que cela signifie encore aujourd’hui ?) vient de commettre un délit de lèse-majesté en détournant tout bonnement et sans crier gare un avion de ligne transportant des passagers, comme vous et moi, vers sa capitale, Minsk.

Une véritable prise d’otages grandeur nature, au nez et à la barbe de tout le monde juste pour le plaisir de vouloir museler l’un de ses opposants et son épouse qui voyageaient en toute légitimité à bord de cet appareil.

Débarqués manu militari de cet avion de la Ryanair (voilà ce qu’il en coûte aux imprudents qui préfèrent les vols low-cost aux compagnies aériennes traditionnelles !), les deux passagers qui n’avaient rien de clandestin ont été jetés dans une geôle tout confort de l’une des prisons de la capitale.

Puis, s’en est suivi un simulacre de mea culpa curieusement télévisé de ce jeune journaliste au nom imprononçable, Roman PROTASSEVITCH, qui dort depuis dans sa cellule. Mais, pour combien de temps ?

Fidèle à sa réputation, l’Europe a immédiatement répliqué en poussant des cris d’orfraie médiatiques vis-à-vis du vassal de Vladimir POUTINE avant de prendre des sanctions exemplaires pour la forme : le non-survol du territoire biélorusse par les compagnies aériennes occidentales.

Ce dont, on l’imagine aisément, a considérablement contrarié les plans du machiavélique LOUKACHENKO ! Ce dernier n’a pas manqué de nous traiter d’odieux adeptes de la piraterie aéronautique puisque ne permettant pas à ses avions de ligne de se poser sur le tarmac de Roissy Charles-de-Gaulle. Tout ceci faisant bien ricaner le Kremlin car les vols aériens occidentaux doivent inévitablement rallonger leurs courses en évitant le survol du Belarus et donc la facture énergétique qui en incombe !

 

 

Un plébiscite à 95,1 % pour le champion de la démocratie syrienne !

 

Les nouvelles en provenance de Damas sont aussi réjouissantes que celles de Minsk, côté mascarade ! Le chantre des droits de l’Homme et de l’épanouissement personnel qu’est dans son pays ravagé par une interminable guerre d’une décennie (celle-ci a déjà tué plus de 388 000 personnes) Bachar AL-ASSAD a été brillamment reconduit à la présidence pour un antépénultième septennat.

On se demande bien ce qu’ont pu proposer les candidats de l’opposition pour obtenir un si piteux résultat, soit 4,9 % des suffrages !

Là aussi, les Occidentaux et la communauté internationale ont qualifié ce résultat électoral de « ni libre, ni juste ». Des propos lénifiants qui ont à peine fait sourciller le digne héritier de son père Hafez : celui-ci  s’est fendu d’une formulation insipide : « vos opinions ne valent rien » ! Pas plus que votre élection, monsieur le Président !

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil