L’Hexagone sous le joug des dealers : c’est l’overdose…

« Les forces de l’ordre paient chaque année un lourd tribut dans la lutte menée contre les trafiquants de drogue dans l’Hexagone. Au-delà de l’indignation et du recueillement, les Français placent les enjeux de la sécurité parmi les priorités de la prochaine présidentielle… ». « Les forces de l’ordre paient chaque année un lourd tribut dans la lutte menée contre les trafiquants de drogue dans l’Hexagone. Au-delà de l’indignation et du recueillement, les Français placent les enjeux de la sécurité parmi les priorités de la prochaine présidentielle… ». Crédit Photos : Thierry BRET (Archives).

Jusqu’à quand ? Et dans quelles proportions au niveau de la recrudescence de ces actes de violences gratuites qui polluent notre quotidien ?

Avant-hier, il y a une dizaine de jours, Rambouillet était la cible d’un odieux attentat sur la personne d’une agente de l’administration, égorgée dans le sas d’un commissariat.

Hier, cette semaine, c’est dans la Cité des papes en Avignon que le malheureux gardien de la paix Eric MASSON, 36 ans et père de deux fillettes, perdait la vie, abattu telle une bête sauvage dans la rue par une petite frappe ne supportant pas un simple contrôle de routine.

Ce samedi, dans la nuit, c’est à Fréjus que les voitures se sont consumées dans les flammes parce qu’une soixantaine de jeunes gens en « déshérence » étaient en manque de distractions et voulaient s’en prendre aux « keufs » en guise d’amusement. A qui le tour dès demain ou après-demain ?

Il ne se passe pas une journée sans que notre quotidien si tributaire du marasme « covidien » ne soit émaillé par ces faits divers sordides et tragiques dont la cause prioritaire repose en majeure partie sur le marché de la drogue et de ses trafics déviants qui s’immiscent un peu partout en France.

 

 

L’Hexagone victime d’une américanisation des trafics…

 

Un potentiel économique juteux, évalué à quatre milliards d’euros annuels pour celles et ceux qui en usent et en abusent à outrance, en toute impunité !

Ils seraient plus de 250 000 individus à en vivre grassement au plan numéraire sans que le fardeau de la fiscalité ne pèse sur leurs épaules ! Application de la TVA s’abstenir !

Dire qu’il existe une économie sous-terraine et parallèle dans notre pays serait une simple gageure ! Il y a belle lurette que dans les quartiers dits sensibles, ces zones de non-droit où plus personne n’ose y mettre les pieds, sont abandonnés à cette machinerie implacable qui possède ses dirigeants, ses codes, son organigramme, ses pratiques, ses forces de l’ordre, ses clients et surtout son omerta.

Faisant régner la terreur dans ces périmètres urbains où il ne fait pas bon s’aventurer dès que le soleil tombe, voire même en plein jour à certains endroits (pauvres riverains qui doivent en subir les conséquences), ces gangs se sont inspirés de leurs « grands frères » américains, passés maîtres dans l’art et la manière de se répartir une ville en différents secteurs d’influence.

L’ombre de la prohibition qui fit la renommée d’Al CAPONE ou de Lucky LUCIANO n’est pas si éloignée de nous, en vérité !

La France est-elle devenue un terrain de jeu digne de ce Far-West urbain que les municipalités de Los Angeles et de New York ont su combattre et juguler en l’espace de quelques décennies à grand renfort d’outils coercitifs ? Tous les ingrédients observés par les spécialistes à la lecture de ces méfaits vont dans ce sens.

Les armes circulent en abondance. L’argent fructifie à pleine volée. Le recrutement se passe des services de Pôle Emploi. Quant à la consommation des substances illicites, elle flambe depuis des mois comme les prix pratiqués pour acquérir ces petites boules de « shit » comme le critiquait l’inénarrable Serge GAINSBOURG. Ce dernier avait encore des principes !

 

L’enjeu sécuritaire : 86 % des Français le priorisent à la présidentielle…

 

Quelles sont les parades efficaces à mettre en place pour tenter de résoudre cette équation à plusieurs inconnues qui ne cesse de proliférer telle la gangrène comme une hydre à têtes multiples ?

Bien sûr, il y a les mots, la pensée et l’indignation. Le temps du souvenir, aussi, comme ce sera le cas une fois de plus en cette journée dominicale en mémoire du regretté policier de 36 ans. Citoyens et forces de l’ordre, aux côtés d’élus et d’institutionnels, feront front commun contre l’ignominie. En versant des larmes sans doute sincères aux côtés de la veuve et de sa progéniture…

Mais, cela ne suffit plus. Un quarteron de généraux à la retraite mais aussi de militaires de l’active qui vont se fendre d’un nouvel appel scriptural d’ici peu, approuvés par plus de 70 % de nos concitoyens, s’inquiètent de la dérive sécuritaire qui entraîne la France chaque jour un peu plus droit dans le mur.

Bien sûr, il y a la justice et son rôle régalien de défendre la veuve et l’orphelin au détriment des bourreaux. Or, on a vu encore toutes les limites du système judiciaire lors d’un récent acquittement de voyous s’en prenant aux forces de l’ordre qui a fait couler beaucoup d’encre et interloquer bon nombre d’observateurs.

A un an des présidentielles,  86 % de nos compatriotes placent le volet sécuritaire parmi les grandes priorités à traiter urgemment dans ce pays.

Les prétendants au trône élyséen doivent affûter d’ores et déjà leurs arguties sur cet item par le biais de propositions concrètes s’ils veulent convaincre cette large frange de la population ne supportant plus cette « overdose » de tragédies…

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil