VEOLIA a du flair pour la recherche des fuites sur le réseau d’eau potable : des chiens assurent ce dépistage 100 % RSE

« Les performances canines dans la recherche des fuites d’eau sur les canalisations vont au-delà des seuils fixés par VEOLIA. La brigade canine d’un jour nouveau est intervenue en séance démonstrative mardi dans la Nièvre, impressionnant élus, techniciens et médias…Le groupe va développer ce procédé 100 % RSE à l’avenir ». « Les performances canines dans la recherche des fuites d’eau sur les canalisations vont au-delà des seuils fixés par VEOLIA. La brigade canine d’un jour nouveau est intervenue en séance démonstrative mardi dans la Nièvre, impressionnant élus, techniciens et médias…Le groupe va développer ce procédé 100 % RSE à l’avenir ». Crédit Photos : Thierry BRET.

La démarche s’intègre à 100 % dans le processus applicatif de la RSE. Pour être insolite et originale, elle l’est sans vergogne ! En utilisant des chiens dressés pour mener à bien cette mission, le groupe souhaite résoudre l’une des problématiques récurrentes pouvant entraver la préservation de cette ressource si précieuse à l’humanité : l’eau. Apte à détecter le chlore qui circule avec le liquide dans les conduits, l’espèce canine démontre une fois de plus qu’elle est bien la meilleure amie de l’homme !

 

LA CELLE-SUR-LOIRE (Nièvre) : C’est l’accomplissement absolu de la complicité naturelle qui règne entre l’homme et l’animal. Même si celle-ci aura nécessité plusieurs années de travail et de préparation sous la forme d’un apprentissage méticuleux pour arriver à ce résultat.

La démonstration proposée par les services de VEOLIA, structure de référence pour la gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie, s’est révélée probante. Elle aura convaincu tous les participants de cet exercice matinal réalisé dans les bois adjacents de la localité nivernaise. Des élus, des techniciens et dans le prolongement logique, des médias, qui ont été sensibles à cette dualité professionnelle existante entre le chien et l’humain.

 

 

Des chiens d’arrêt pour signaler la fuite d’une canalisation…

 

Qu’elles se nomment Nina, Kelly, Nanky ou Kyrie, les composantes de cette brigade canine d’un genre nouveau se sont montrées très efficaces dans leur quête au terme de l’exercice. L’un après l’autre, ces chiens ont atteint leurs objectifs, reniflant de leurs truffes avisées le moindre effluve rappelant l’odeur spécifique du chlore. Une fragrance particulière à laquelle ces animaux au sens olfactif très développé sont sensibles, car habitués à la détecter à force d’apprentissage rondement établi.

Que coule une petite source au sortir d’un sous-bois ou que des flaques d’eau, résidus de précipitations pluvieuses tombées la veille, inondent encore un chemin, le constat est similaire. Rien n’entrave le bon déroulé de l’opération ! Même en présence d’une odeur chlorée extrêmement ténue, les chiens ont su marquer l’endroit précis où se situait le passage aquatique dans le sol imputable à une fuite. Comme s’ils étaient fin prêts à lever leur proie.

 

 

Un élément présent dans l’eau facile à détecter : le chlore…

 

Tout repose donc sur la découverte de l’ingrédient qui circule dans les réseaux et qui en assure la préservation au plan qualitatif. Ce chlore, pas forcément très bon au goût lorsqu’il y en a trop qui s’écoule du robinet. Mais, fort appréciable et utile dans le cas présent pour déceler la moindre fuite avec l’aide de notre ami à quatre pattes.

Là où la technologie pourrait connaître des faiblesses, l’odorat du chien et son agilité à franchir les obstacles font le reste.

Il suffit d’observer avec quelle rapidité l’animal, suivi en laisse par son maître, fonce avec certitude le nez au sol et la queue frétillante dans les airs vers le point balise lui servant de repère.

 

 

Le témoignage de Nathalie DELON, maître-chien et gérante de la société KYROC qui apporte son concours dans cet exercice exceptionnel, l’atteste : « les résultats obtenus par les chiens ne sont pas du bluff. Les performances canines vont bien au-delà des seuils que nous avions fixés ! ».

L’apport du chien pour la détection des fuites d’eau chlorée offre un gain de temps considérable à l’opérateur. Sachant que cette recherche représente un enjeu majeur pour l’exploitation de ses réseaux.

 

 

Se faire aider par d’anciens militaires spécialistes du dressage…

 

Si les technologies habituelles à base de procédés acoustiques connaissent leurs limites selon la difficulté des accès avec l’acheminement du matériel ou l’absence d’une communication optimale, l’emploi de l’auxiliaire canin s’avère très redoutable. Le chien se glissant sur n’importe quelle surface.

Dès lors, pour surveiller des dizaines de milliers de kilomètres de canalisations opérationnelles en France, VEOLIA a décidé d’innover et de s’appuyer sur les compétences d’anciens militaires, à l’image du consultant François BOURDEAU, de la société K9 CYNO, esthète dans l’art de l’apprentissage de canidés.

Les tests réalisés sur les terrains de la Nièvre, non loin de Cosne-Cours-sur-Loire en milieu de semaine, s’ils font encore référence à de l’expérimentation, pourraient très vite se concrétiser en phase plus fonctionnelle et systématique à l’avenir.

Une fois, les ultimes exercices de formation finalisés, VEOLIA devrait déployer plus largement cette méthodologie novatrice en France en l’ajoutant à son arsenal de détection technologique traditionnelle. Pas de doute, voilà une entreprise qui a du chien et le fait savoir avec ses résultats probants !

 

Thierry BRET

 

 

Articles

Bannière droite accueil