Mahfoud AOMAR (DVD) plaide pour que le Département finance davantage les infrastructures sportives…

« Faisant équipe avec Chantal MANTEZ, et leurs suppléants Gaëlle JANNOT et Arnaud CHASSERY, le divers droite Mahfoud AOMAR veut renouveler son bail sur le canton de Charny-Orée-de-Puisaye. Il souhaite renforcer la proximité entre élus locaux et le Département… ». « Faisant équipe avec Chantal MANTEZ, et leurs suppléants Gaëlle JANNOT et Arnaud CHASSERY, le divers droite Mahfoud AOMAR veut renouveler son bail sur le canton de Charny-Orée-de-Puisaye. Il souhaite renforcer la proximité entre élus locaux et le Département… ». Crédit Photos : Maryline GANDON.

Candidat à sa succession, l’élu divers droite, président de la Communauté de communes de l’Aillantais Mahfoud AOMAR relève des incohérences dans le mode de fonctionnement du Conseil départemental à trois jours des élections. Il réclame davantage de proximité de la part de ces élus envers leurs administrés et des subventions plus importantes pour revitaliser les territoires ruraux…

 

AILLANT-SUR-THOLON : Que retenez-vous de cette campagne électorale ?

On a vraiment fait une campagne de proximité, en distribuant notre programme nous-même. C’est quand même plus de 10 000 boîtes aux lettres à couvrir sur le canton ! On a voulu être innovant, avec l’idée de se réunir et d’inviter les habitants des différentes communes autour d’un « food truck » ou d’un petit café à prendre au restaurant du village. Ce fut très réussi avec une moyenne de cinquante personnes par soirée.

Ce qui était intéressant émanait de toutes ces discussions avec des gens que je ne connaissais pas pour une grande partie. Je me suis rendu compte d’une chose très importante : trois sujets revenaient essentiellement en boucle. Ce sont le désert médical, particulièrement à Charny, la fibre optique et son déploiement, et puis l’inexistence de petits commerces de proximité.

L’équipe a rencontré toutes les générations. Des personnes très attachées au territoire. En prenant le temps de discuter, on constate qu’il y a une réelle déception autour de la classe politique en général, par son manque de proximité. Le fait que l’on soit des candidats libres de toutes étiquettes politiques est très apprécié. Il en ressort ce côté humain bien avant d’incarner un parti politique.

En distribuant les flyers, on a également rencontré pas mal de monde, en cette période où le beau temps revient. Je suis plutôt optimiste quant à la participation aux urnes.

 

Avez-vous découvert d’autres thématiques qui n’étaient pas évoquées dans votre programme au fil de ces rencontres ?

En fait non ! Toutefois, il y a un autre sujet qui est complètement diffèrent et que je vais tenter de mettre en place. C’est celui de la mobilité chez les jeunes pour les aider à trouver du travail.

L’idée est d’acheter des voitures d’occasion et de les mettre à disposition à faible tarif de ces jeunes ayant trouvé un travail ou veulent en trouver un, et cela durant les premiers mois. Cela leur permettrait d’avoir un moyen de locomotion, à faible coût et de leur faire réaliser des économies. On leur donnerait la possibilité ensuite d’obtenir un financement lors de la signature d’un contrat pour acheter ce véhicule ou un autre.

Un autre élément fondamental serait que le Conseil départemental aide plus les collectivités locales dans la rénovation de leurs gymnases. A titre exemple, alors qu’on refait complétement celui d’Aillant-sur-Tholon pour 3,2 millions d’euros, la subvention s’élève seulement à 75 000 euros alors qu’il va servir à 70 % pour le collège.

Il faudrait aussi des aides pour les communes et intercommunalités qui redonnent une vie à leurs piscines, parce que, à ce jour, il n’y a pas de subvention de leur part.

 

 

 

Quel autre constat faites-vous ?

J’ai l’habitude d’être prêt du terrain en tant que maire et président de la Communauté de communes de l’Aillantais. Mais, la campagne m’a fait rencontrer des personnes que l’on connaît moins. J’ai constaté le manque de relation avec les communes de Chamvres, Paroy-sur-Tholon et Sépeaux Saint-Romain.  Elles ont rejoint le canton en 2015 lors du remaniement pour faire de nouvelles circonscriptions électorales mais qui en fait ne sont pas dans les mêmes bassins de vie. Cela peut éloigner le citoyen : ce qui est une erreur fondamentale.

Quand j’ai pris la suite de William LEMAIRE, lors de mes premières interventions, j’ai pu entendre des choses surprenantes dans l’hémicycle : « Vous n’êtes pas là pour parler de votre territoire, ce qui doit vous intéresser, c’est le département ! ».

A deux mois des élections j’entendais tout le monde parler de son territoire autour de moi ! Si le rôle des conseillers départementaux ne se cantonne qu’à la dimension du territoire, et non plus vers la proximité de terrain, cela va couper le citoyen de l’élu.

La plupart des subventions ne sont pas imputables à la seule volonté des conseillers départementaux. Elles s’obtiennent dans un cadre précis, donné de droit. Là où il peut exister de réelles différences, c’est selon les villages, en fonction de leur tissu associatif et selon le milieu culturel, théâtres ou musées.

 

Quels seraient les premiers chantiers auxquels il faudrait s’attaquer ?

A ce propos, l’un des premiers chantiers sera de faire le point autour des entreprises du spectacle qui ont particulièrement souffert cette dernière année. Il est temps de faire le bilan de leurs difficultés afin de redémarrer correctement.

Beaucoup de ces association accueillent des bénévoles : ils ont décroché de leurs fonctions du fait de la pandémie. Pénalisant une fois encore le monde rural.  

Du côté de la santé, un vrai travail de coopération doit s’instaurer entre les communes/intercommunalités et le Département. A ce jour, certaines communes ou des intercommunalités ont en charge ce dossier.

Pour conclure, j’aimerai que le Département avance sur le délicat sujet des protections périodiques pour les jeunes filles, en leur permettant l’accès gratuit. C’est un problème dont on ne parle jamais mais qui est récurent, vu le tarif exorbitant de ces protections...

 

Propos recueillis par Maryline GANDON

 

banniere article client arts de vivre

 

Articles

Bannière droite accueil