Coup de pouce au renouvellement urbain : Auxerre profitera-t-elle de la rallonge financière faite à l’ANRU ?

« La rallonge nationale faite au programme de renouvellement urbain de l’ANRU pourrait-elle profiter aux quartiers Sainte-Geneviève et des Rosoirs à Auxerre ? C’est ce que demandent les élus écologistes Florence LOURY et Denis ROYCOURT à l’édile Crescent MARAULT. Seront-ils entendus ? ». « La rallonge nationale faite au programme de renouvellement urbain de l’ANRU pourrait-elle profiter aux quartiers Sainte-Geneviève et des Rosoirs à Auxerre ? C’est ce que demandent les élus écologistes Florence LOURY et Denis ROYCOURT à l’édile Crescent MARAULT. Seront-ils entendus ? ». Crédit Photos : Thierry BRET.

De l’avis des deux élus de l’opposition de la liste « Auxerre Ecologie » Florence LOURY et Denis ROYCOURT : l’opportunité est trop belle et il faut s’en saisir. La rallonge financière traduisant l’augmentation des moyens alloués au NPNRU (Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain) validé par le Premier ministre Jean CASTEX ce vendredi, pourrait bénéficier aux habitants de certains quartiers à Auxerre…Si le dossier est déposé.

AUXERRE : L’enveloppe supplémentaire qui a été accordée par le chef du gouvernement au terme du Comité interministériel des Villes au Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU) s’élève à deux milliards d’euros. La décision a été actée ce vendredi 29 janvier à Paris à l’issue de cette séance de travail.

Cette coquette somme s’additionne aux dix milliards d’euros déjà provisionnés en guise de dotation faite à l’ANRU, l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine.

Dès que l’information de ce coup de pouce gouvernemental fortuit a été confirmée, les deux élus écologistes de l’opposition, Florence LOURY et Denis ROYCOURT, se sont munis de leurs plus belles plumes pour adresser une lettre ouverte à l’édile d’Auxerre et président de l’Agglomération de l’Auxerrois, Crescent MARAULT.

 

 

Objectif : infléchir la décision que le maire avait prise à la fin de l’année dernière, en ne donnant pas suite aux différents scénarii de rénovation ANRU possibles préparés par ses services.

A l’époque, le premier élu de la Ville avait jugé « trop lourds » financièrement le moindre de ces projets.

Un choix contraire à la position des deux têtes de file d’Auxerre Ecologie. Ceux-ci rappellent que les habitants des quartiers Sainte-Geneviève et des Rosoirs attendent la rénovation de leur habitat. Mais, aussi par effet gigogne de leur école et de leur quartier.

 

 

Constatant que les conditions de vie se sont passablement dégradées sur ces secteurs, Florence LOURY et Denis ROYCOURT en appellent de nouveau au bon sens de l’élu de droite et du centre droit en poste depuis le mois de juin.

Profiter de ces subsides supplémentaires accordés par l’Etat en faveur des quartiers populaires répondrait à l’impérieux besoin de justice sociale et territoriale auquel chacun des habitants de la ville puisse prétendre.

Ils invitent donc derechef Crescent MARAULT à présenter le dossier auxerrois au prochain comité d’engagement de l’ANRU. L’édile d’Auxerre sera-t-il sensible à ces nouveaux arguments budgétaires ?

 

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil