Le précieux coup de pouce de la Région à l’agriculture bio : la corporation peut croire en sa filière d’avenir…

« La filière de l’agriculture biologique bénéficie désormais du judicieux soutien de la Région Bourgogne Franche-Comté qui l’accompagnera au niveau technique et financier. En paraphant le document, une convention d’objectifs, aux côtés de Christian DECERLE, président de la Chambre régionale d’agriculture et Philippe CAMBERET, co-président de la Fédération régionale de l’agriculture bio, la présidente de l’exécutif régional Marie-Guite DUFAY affiche sa volonté d’impulser les pratiques novatrices pour favoriser une agriculture durable… ». « La filière de l’agriculture biologique bénéficie désormais du judicieux soutien de la Région Bourgogne Franche-Comté qui l’accompagnera au niveau technique et financier. En paraphant le document, une convention d’objectifs, aux côtés de Christian DECERLE, président de la Chambre régionale d’agriculture et Philippe CAMBERET, co-président de la Fédération régionale de l’agriculture bio, la présidente de l’exécutif régional Marie-Guite DUFAY affiche sa volonté d’impulser les pratiques novatrices pour favoriser une agriculture durable… ». Crédit Photos : Thierry BRET.

L’accord  fera date pour l’ensemble de la famille agricole. D’une part, il est tripartite en unissant trois composantes fortes du paysage régional. D’autre part, il marque la volonté farouche de la présidente de l’exécutif de Bourgogne Franche-Comté de s’engager durablement aux côtés de ces professionnels. Une agriculture en grande souffrance que l’élue souhaite accompagner du mieux possible. Observant que la filière bio représente un réel avenir, Marie-Guite DUFAY apporte avec son paraphe au bas d’une convention d’objectifs un précieux soutien technique et financier à une filière prometteuse sur notre territoire…

CHABLIS : C’est fait. La filière agricole biologique apparaît désormais parmi les marqueurs identifiables de la Région Bourgogne Franche-Comté. Grâce à une convention d’objectifs qui a été entérinée lors de sa récente visite en terre icaunaise, la présidente de l’institution régionale confirme ainsi l’aide qu’elle désirait apporter aux professionnels de la corporation.

Une plus-value judicieuse aux arborescences différentes : technique et financière. Bref : le coup de pouce idéal qui est peut-être porteur de nouveaux espoirs pour cette frange de l’économie vivant parfois dans une profonde déshérence.

La présidente du Conseil régional aura donc profité de sa venue à Chablis pour y graver dans le marbre un acte fort. « Nous soutenons cette très belle initiative de l’agriculture biologique, certes fort complexe, mais vécue avec immensément de passion, a-t-elle confié à l’issue de la signature de cet accord, partagé avec Christian DECERLE, président de la Chambre régionale de l’agriculture et les deux co-présidents de la Fédération régionale de l’agriculture biologique, Philippe CAMBERET et Patrice BEGUET.

Quels seront les engagements de l’organisme régional vis-à-vis de ses nouveaux partenaires ?

 

Faciliter l’essor de la filière en mutualisant les échanges…

 

Pour faire simple, et cela fait l’objet d’un cahier des charges d’une douzaine de pages, la Région s’engage à financer les moyens humains dédiés à un certain nombre d’actions sur la base minimum des financements attribués en 2018. L’outil exécutif régional construira des appels à projets et règlements d’intervention, faisant en sorte de respecter les objectifs propres à l’agriculture biologique. Il est bien entendu que ces actions qui en découleraient seraient accompagnées, sous réserve du respect des critères d’éligibilité et de la sélection prévue dans les appels à projets.

« Nous assisterons, autant que possible, en qualité d’observateur aux réunions de mise en œuvre de ces actions, précisa Marie-Guite DUFAY.

De toute évidence, la Région s’invitera aussi parmi les différentes instances qui faciliteront l’essor de la filière : comité de pilotage, conférences des filières. Bref, une présence renforcée de l’exécutif aux côtés des professionnels de l’agriculture bio qui ne peut être que stimulante et dynamique.

L’observance d’un doublement des surfaces depuis 2015, à la suite de vagues de conversion majeures de la part des agriculteurs traditionnels, aura donc modifié les paradigmes.

Il est clair, dorénavant, que pour être viable et pérenniser à moyen terme le système doit bénéficier d’un accompagnement accru de la structure régionale qui possède les compétences économiques. L’optimisation de la filière bio, à travers de potentielles retombées rentables, ne peut s’entrevoir que si l’ensemble des réseaux de ces acteurs est coordonné.

 

 

Une convention qui court sur une période de trois ans…

 

En terme clair, il s’agit désormais de se doter de tous les moyens nécessaires (humains, techniques, budgétaires) pour coopérer à tous les niveaux afin de renforcer la dimension collective de cette nouvelle variante de l’agriculture régionale.

Un enjeu majeur que ne souhaite ni manquer la présidente de l’exécutif de Bourgogne Franche-Comté, ni les acteurs institutionnels qui la suivent, à savoir la Chambre régionale d’agriculture et la Fédération régionale de l’agriculture biologique.

Grâce à cette convention datée de novembre 2019, il s’agira d’acter et de rendre plus lisible l’engagement des trois parties en lice pour la prospérité de la filière. En mettant en exergue des actions qui répondent aux objectifs du Plan régional pour le développement agricole (PRDA), lui-même voté à l’unanimité en octobre 2017.

Quant aux professionnels de l’agriculture biologique, ils auront eux-aussi des devoirs envers la Région après le paraphe de cet acte. Outre le fait qu’ils doivent favoriser l’émergence de nouvelles actions prioritaires, en apportant par ailleurs l’autofinancement nécessaire aux actions qu’ils conduiront en propre, ils s’engagent à collaborer et à communiquer largement sur les actions engagées dans le cadre de cette convention tripartite. Naturellement, le souci de la valorisation de ces actions s’inscrit parmi les attendus de ce projet à l’instar de rendre compte, avec la régularité d’un métronome, de leurs actions auprès des services ad hoc du Conseil régional.

Enfin, précisons que des conventions financières concernant l’attribution d’aides annuelles matérialiseront les actions mises en œuvre ainsi que leurs engagements mutuels.

La présente convention d’objectifs a été signée pour une durée de trois ans.

 

 

 

 

Bannière droite accueil