L’ancien gardien de l’AJA Bruno MARTINI décède à l’âge de 58 ans : une légende s’éteint, c’est triste à pleurer…

« Son palmarès est bien fourni. Sa carrière était immense : l’ancien gardien de l’équipe de France et de l’AJ Auxerre Bruno MARTINI nous a quittés après l’accident cardio-respiratoire dont il a été victime à Montpellier le 12 octobre. C’est la consternation et la tristesse dans l’Yonne pour les amateurs de ballon rond… ». « Son palmarès est bien fourni. Sa carrière était immense : l’ancien gardien de l’équipe de France et de l’AJ Auxerre Bruno MARTINI nous a quittés après l’accident cardio-respiratoire dont il a été victime à Montpellier le 12 octobre. C’est la consternation et la tristesse dans l’Yonne pour les amateurs de ballon rond… ». Crédit Photo : D.R.

Hospitalisé depuis une semaine au CHU de Montpellier pour de sérieux problèmes cardio-respiratoires, l’ancien portier de l’AJ Auxerre n’a malheureusement pas survécu à cette épreuve malgré les soins prodigués. L’annonce de ce décès prématuré (l’ex-titulaire de l’équipe de France était seulement âgé de 58 ans) a plongé le monde footballistique dans une tristesse sans fin.

AUXERRE : Personne n’avait envisagé le pire à l’annonce de cette nouvelle. Pourtant, depuis quelques jours, celles et ceux qui suivaient encore le parcours exemplaire de l’ancien gardien de l’équipe d’Auxerre tremblaient pour sa santé en espérant des jours meilleurs.

Las, la triste dépêche est tombée avec toute sa froideur et son indicible vérité : Bruno MARTINI n’aura pas survécu à cet accident cardio-respiratoire qui l’avait conduit le 12 octobre dernier dans le service de réanimation de l’hôpital Arnaud de Villeneuve de Montpellier, ville qu’il avait pris en affection.

Directeur-adjoint du centre de formation du MHSC, club de l’élite à l’estampille de la famille NICOLIN, le natif de Nevers avait été pris d’une alerte cardiaque ce fameux lundi en début d’après-midi alors qu’il se trouvait au centre d’entraînement. On connaît malheureusement l’épilogue fatal à l’issue si tragique…

C’est en 1995 que le professionnel bourguignon avait posé ses valises dans l’Hérault. Il y joua encore quatre saisons après avoir été révélé et formé à Auxerre dans les années 80. Sous l’égide d’un certain coach au nom emblématique de Guy ROUX.

Vainqueur de la Coupe de France en 1994 (précisément face à Montpellier), Bruno MARTINI avait endossé la vêture de l’ultime défenseur lors de multiples rencontres européennes en Coupe de l’UEFA, dont la fameuse demi-finale perdue face au Borussia Dortmund.

Il fut le gardien titulaire des Bleus entre 1987 et 1996, avec trente-et-une sélections. Parmi ses autres faits d’arme, son rôle joué dans l’encadrement de la direction technique nationale où durant une décennie il inculquera sa science et sa passion aux gardiens tricolores.

Il y a deux mois, Bruno MARTINI était revenu en terre icaunaise à l’occasion de l’hommage solennel rendu à Jean-Claude HAMEL, l’ancien président de l’AJ Auxerre disparu en début d’année avec lequel il entretenait toujours des relations d’amitié. Une dernière pirouette et un au revoir définitif qui plongent les amoureux de ce sport mais aussi les autres dans une tristesse abyssale…

 

 

 

 

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil