L’enseignement supérieur au cœur de nombreuses polémiques : ENA et Bachelor sont pointés du doigt !

« L’enseignement supérieur doit répondre à une double question à l’heure actuelle : faut-il promouvoir des jeunes capables de travailler dès la sortie de leurs études ou produire de bons cerveaux capables d’engendrer par le prisme de la recherche de futurs prix Nobel ? Un sérieux dilemme ! ». « L’enseignement supérieur doit répondre à une double question à l’heure actuelle : faut-il promouvoir des jeunes capables de travailler dès la sortie de leurs études ou produire de bons cerveaux capables d’engendrer par le prisme de la recherche de futurs prix Nobel ? Un sérieux dilemme ! ». Crédit Photos : D.R.

Cela a commencé avec la réforme de « Sciences Po ». Permettre à toutes les couches sociales d’accéder à des hautes études semblait légitime. L’école souhaitait également intégrer les étrangers. Afin de donner sa chance aux jeunes des banlieues de parvenir au Graal des concours, il fallait supprimer l’épreuve de culture générale. C’est ici que le bât blesse ! Car du côté des partisans de l’érudition et de l’épistémè, la réforme fut largement décriée !

 

TRIBUNE : Un dossier et un entretien oral bouclent la procédure d’accès à cette prestigieuse école. La moyenne des notes présentées dans les dossiers de candidature pose question : tout le monde sait qu’un « 17 » obtenu au lycée Henry IV à Paris n’a pas la même valeur qu’un « 17 » obtenu dans un établissement de Seine-Saint-Denis !

La sélection prend le risque de l’arbitraire en faisant un savant dosage d’étrangers : quotas d’européens et de non-européens… Quid des critères de parités hommes /femmes et blancs/noirs ? Nous risquons de nous éloigner des sélections élitistes de l’origine.

Souvent, « Science Po » constituait une marche pour entrer à l’ENA (Ecole Nationale de l’Administration). Sa réforme semblait donc inévitable ! C’est non seulement une décision politique (démagogique ?) voulue par le Président de la République mais aussi un outil qui prolonge le plan global des réformes de l’enseignement supérieur.

Cette réforme s’inscrit en droite ligne du projet néolibéral impulsé par Emmanuel MACRON. Ses principaux vecteurs en sont l’abrogation des références culturelles, fleurons de l’histoire et de la culture française, l’intégration de la langue inclusive, afin de satisfaire toutes les minorités agissantes (les anticoloniaux, LGBT, les gens de couleur, etc.).

Permettre aussi aux jeunes des banlieues d’accéder aux études supérieures, en copiant ce qui se passe aux Etats-Unis, est une autre piste de cette réflexion.  

 

 

L’enseignement supérieur français ne performe pas au niveau international…

 

La langue française disparaît progressivement des enseignements des grandes écoles au profit de l’anglais. Toutes ces mesures amoindrissent le niveau de l’excellence qui précédait la notoriété de nos prestigieuses écoles. Il est fallacieux d’annoncer que la suppression de l’ENA était une revendication des « Gilets Jaunes » : ces derniers voulaient surtout payer le carburant moins cher !

Certains affirment qu’il s’agit d’une mesure populiste quand d’autres craignent que l’on va faire de l’ENA le bouc émissaire de la crise sanitaire et sociale actuelle.

De toute façon, les réfractaires à tout changement sont conformes aux habitudes nationales. Repenser l’ENA, c’est également vouloir globaliser d’autres bastions pédagogiques de la République : l’INET (Hautes Etudes Territoriales) ou encore l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique… La volonté de réduire les budgets doit être prise en compte. L’ENA sera donc remplacée par l’ISP : l’Institut du service Public.

Les problèmes posés à l’enseignement supérieur reposent surtout sur la qualité de l’enseignement primaire et secondaire. Au classement PISA (Programme International pour le suivi des acquis des élèves) 2018, la France ne pointe qu’au 25ème rang sur 79 pays recensés.

Qu’il s’agisse des domaines de « la compréhension de l’écrit », des « mathématiques » et des « sciences », nous arrivons bien après la Chine (en tête sur les trois matières), la Pologne, la Finlande et surtout l’Estonie qui a le plus petit budget (en proportion des dépenses publiques) réservé à l’éducation.

Quant aux universités, parmi les dix meilleures soulignons les légendaires Harvard (première du classement), Sandford (2ème) et Cambridge (3ème).

Grâce à un regroupement de Paris-Saclay, la France décroche péniblement une 14ème place dans le top des 200 meilleures universités de la planète. Notons la 39ème place de notre célèbre Sorbonne, plus connue aujourd’hui pour sa participation aux «  manifs » de mai 1968 que pour ses prix Nobel !

 

 

Une autre réforme très controversée : les « Bachelor » proposés dans les IUT…

 

On prépare aujourd’hui des « BUT » pour Bachelor universitaire de technologie en remplacement des DUT (Diplôme universitaire de technologie). Le BUT se situe au niveau de BAC + 3 et offre les mêmes spécialités que leurs prédécesseurs.

Le DUT sera obtenu automatiquement dès que l’étudiant aura accompli les deux premières années du BUT mais à condition qu’il en fasse la demande. Le syndicat Force Ouvrière a vivement dénoncé l’existence de ces Bachelor, arguant du fait qu’ils y voyaient une attaque contre les licences professionnelles.

FO souligne également que le volume horaire des enseignements diminue de 25 %. Le syndicat réclame que le DUT soit délivré automatiquement sans la demande des étudiants. Il soutient toutes les actions collectives qui contestent la vulgarisation de ces Bachelor à grand coup de motions et de pétitions…

Le plus important de la réforme et de la contestation repose sur la perte du caractère national du DUT. Jusqu’à présent, l’organisation de son enseignement, respectait un programme pédagogique élaboré au niveau hexagonal. Avec l’actuelle réforme du BUT, chaque IUT sera soumis à l’approbation de son établissement de tutelle qui pourra imposer sa propre organisation du BUT. Par exemple, les coefficients et volumes horaires des matières enseignées dans une mention de BUT pourront être différents d’un établissement à l’autre. La dimension nationale donnait un gage de qualité aux entreprises recruteuses. On risque d’ouvrir une compétition stérile entre les BUT.

Clairement, les BUT font l’unanimité contre eux. Les enseignants exigent dans leur grande majorité un cadrage national de ces enseignements. Il est certain que dans les nouvelles conditions le Bachelor sera noirci par l’arbitraire des recrutements et des enseignements et la réduction de la longueur des cours.

Les universités, les écoles supérieures, les BUT… doivent faire face à la mutation des données sociales et économiques d’aujourd’hui. Les changements sont inéluctables, voire indispensables.

 

 

Un réel brassage des cartes pour suivre des études supérieures ?

 

La volonté d’ouvrir les études supérieures aux classes les plus défavorisées n’est peut-être pas d’actualité. En effet si 35 % des étudiants sont issus de parents classés « cadres supérieurs », 30 % viennent de la catégorie « ouvriers-employés ». De plus, la moitié des enfants, des couches les plus basses socialement, est diplômée ou étudie dans les filières de l’enseignement supérieur. Ce phénomène est relativement récent. Il est cohérent avec les 90 % d’étudiants reçus au Bac, qui usent plus leur fonds de culotte au « Resto U » que dans les amphis et les salles de TD ! Seuls les enfants d’agriculteurs sont sous-représentés : 1,7 % !

Mais cette situation est cohérente avec les difficultés économique d’un secteur « peau de chagrin ». L’enseignement doit répondre à une question de fond : promouvoir des jeunes capables de travailler à la sortie des études ou produire de bons cerveaux capables de conceptualiser et d’engendrer des prix Nobel. Aujourd’hui, sûrement un peu les deux. Une question reste au-dessus de nos têtes comme une épée de Damoclès : qu’est-ce qui permet à chacun de s’adapter à toutes les situations et modifications de l’environnement ? LA CULTURE.

C’est aussi le niveau de culture qui permet à chacun de ne pas tomber dans le piège des manipulations intégristes de certains partis politiques et courants religieux.

Un jeune banquier discutait avec un sénateur-maire, lors d’un repas amical. Il s’agissait de feu Gabriel KASPEREIT, pour ne pas le nommer, ancien ministre sous de GAULLE, édile du 9ème arrondissement de Paris et député, était aussi un ancien énarque. Le banquier posa alors une question : « Comment à vingt ans, avez-vous pu dire, mon idéal politique c’est la droite et tout extrémisme écarté, ce n’est pas la gauche ? ». Et notre élu de répondre dans un grand éclat de rire : « cher ami, vous n’avez rien compris, à la sortie de l’ENA, le premier micro qui s’est présenté c’est celui-là, tant pis pour la gauche !». C’est aussi cela qu’il faut changer à l’avenir !

 

Jean-Paul ALLOU

 

Articles

Bannière droite accueil