L’U2P se mobilise en faveur des jeunes : l’organisme demande le prolongement des aides à l’emploi...

« Les mesures en faveur de l’emploi des jeunes doivent se poursuivre bien au-delà du mois de mars selon les responsables de l’U2P Bourgogne Franche-Comté. Il en va de la pérennité des entreprises de proximité malmenées à cause de la crise sanitaire… ». « Les mesures en faveur de l’emploi des jeunes doivent se poursuivre bien au-delà du mois de mars selon les responsables de l’U2P Bourgogne Franche-Comté. Il en va de la pérennité des entreprises de proximité malmenées à cause de la crise sanitaire… ». Crédit Photo : Thierry BRET.

Le courrier daté du 10 décembre avait pour destinataire la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion Elisabeth BORNE. Dans cette missive, l’Union des Entreprises de Proximité (U2P) souhaitait la prorogation de l’une des mesures salvatrices appliquées en cette période de crise : l’aide exceptionnelle aux employeurs de salariés en contrat d’alternance. La pertinence de la démarche n’est plus à démontrer. Il semblerait que sa reconduction soit inévitable…

DIJON (Côte d’Or) : Elisabeth BORNE renouvellera-t-elle les mesures de soutien à l’emploi des jeunes en 2021 ? C’est l’une des interrogations prépondérantes que titillent les esprits des responsables de l’Union des Entreprises de Proximité via sa fédération régionale de Bourgogne Franche-Comté.

Destinataire d’un courrier adressé par l’U2P début décembre, la ministre qui devrait effectuer un déplacement en terre bisontine ce vendredi 08 janvier pourrait trancher en ce sens.

A l’issue de ces récents échanges avec les partenaires sociaux, Elisabeth BORNE envisage très sérieusement de prolonger deux mesures phares pour favoriser l’accès à l’apprentissage. Une éventualité qui suscite déjà l’intérêt positif de Christophe DESMEDT, président de l’U2P Bourgogne Franche-Comté.

« Les mesures de soutien sont de nature à inverser la tendance (le report des projets d’embauches, voire les licenciements) en rassurant les employeurs. Elles doivent absolument être reconduites sur l’ensemble de l’année 2021 afin de conforter la formation et l’emploi des jeunes… ».

Le président de l’organisme, réélu il y a peu à son poste, fait ainsi référence au plan « Un jeune, une solution » où un subside financier de 4 000 euros est versé aux employeurs pour toute embauche d’un jeune âgé de moins de 26 ans.  

 

Le boom de l’apprentissage se confirme en 2020…

 

Quant aux aides exceptionnelles applicables aux contrats d’alternance, elles s’élèvent à 5 000 euros pour l’emploi d’un mineur et à 8 000 euros pour un alternant majeur. Des opportunités que les chefs d’entreprise doivent saisir afin de pouvoir se replacer dans la course à la prospérité.

L’U2P estime que 2021 verra inévitablement se développer les fermetures d’entreprises avec son lot de licenciements. D’où l’intérêt d’accélérer sans plus tarder la relance économique et ses aides salvatrices en s’appuyant sur de nouvelles compétences.

Précisons que les entrées en apprentissage ont vu leur nombre augmenter en 2020 de près de cent mille unités, avec un total de 440 000 contrats signés contre 353 000 en 2019. Des alternants dont la moitié sont formés au sein d’une entreprise de proximité de type artisanale, commerciale et profession libérale.

Thierry BRET

 

Articles

Bannière droite accueil